Programme de conservation

En apiculture conventionnelle, la sélection consiste à ne retenir que les ruches les plus performantes, en éliminant toutes les autres colonies. Cette sélection élitiste appauvrit fortement la biodiversité de l'espèce, dans tous les pays où elle est pratiquée. Au point où l'hypothèse est émise, que les gènes de résistance au varroa et à d'autres maladies ont été éliminés dans certains pays. Toute sélection devrait s'accompagner d'une conservation des colonies saines, pour maintenir une ressource génétique variée et durable, même si elles ne sont pas les championnes de l'année en rendement. Cette biodiversité garantit l'adaptation de l'espèce pour l'avenir. La sélection ne peut continuer que si la biodiversité de toutes les différentes sous-espèces d'abeilles est conservée.

Les abeilles dont les caractéristiques correspondent majoritairement à l'abeille noire locale, et qui peuvent servir de souches pour la multiplication, font l'objet d'un suivi régulier. Les ruches sont situées sur des terrains exposés le moins possible aux pollutions chimiques (usines, grandes cultures, etc.), que ce soit dans des zones protégées ou dans les ruchers de nos apiculteurs adhérents du conservatoire. Le type local de notre abeille noire s'étend approximativement sur la Région Centre, et les apiculteurs des départements correspondants sont naturellement concernés par nos actions.

˜

La nécessité d'une zone préservée

Notre action de recherche d’abeilles noires locales et régionales a mis en évidence des colonies intéressantes pour leur aspect sanitaire, leur production de miel et leur rusticité. Afin de conserver et développer ces caractères dans l’apiculture, nous constatons la nécessité de développer une station de fécondation dans une zone préservée en abeilles noires. Sans cela, ces caractères continueront de se perdre irrémédiablement et inexorablement.

La possibilité du recours éventuel à l'insémination instrumentale présente un risque d'aggravation de l'érosion génétique de l'abeille noire, dont la variabilité est déjà naturellement faible. Les échanges interrégionaux et internationaux d'abeilles noires favorisent l'homogénéisation génétique, et donc la diminution des capacités d'adaptation après quelques générations, contre le stress environnemental, écologique, etc.

L’aire de vol de la station de fécondation sera idéalement peuplée de mâles issus de colonies sélectionnées, pour assurer des fécondations de bonne qualité. N'étant pas isolés comme sur une île ou dans une vallée montagneuse, la totalité des mâles ne pourra être contrôlée, bien que la plus grande partie d'entre eux seront de ruchers contrôlés.

La station est prévue accessible aux partenaires amateurs, professionnels et associatifs, ainsi qu'à tous les apiculteurs souhaitant bénéficier d'une fécondation par des mâles de qualité.

Nous proposons aux apiculteurs de la région de s'associer à ce projet. Vous pouvez apporter par exemple votre matériel génétique ou celui de vos adhérents à des fins d’analyses et de multiplication dans le but d’enrichir la biodiversité de la station, ou bien vous participez par un soutien financier, ou encore par un soutien moral en relayant l’information de ce projet auprès de vos amis apiculteurs !

˜

Centre régional de la propriété forestière d’Île-de-France et du Centre-Val de loire

En 2015, un partenariat en Sologne avec le Centre régional de la propriété forestière (CRPF) vise à faire collaborer des propriétaires forestiers, leurs chasseurs et des apiculteurs volontaires. Ceci afin d’entretenir les dernières landes d’intérêt écologique européen en Sologne, de disposer d’un secteur préservé propice à la conservation de l’Abeille noire locale, et aussi de produire un miel typique local à même de faire la fierté de ceux qui ont contribué à sa production.

Voir le site Natura 2000 sur ce projet : http://sologne.n2000.fr/abeilles_landes

Les landes sèches ou humides, aujourd’hui situées au sein de massifs boisés, semblent être des zones idéales pour l’accueil de ruches et plus particulièrement d’un rucher conservatoire. Il s’avère que, sans entretien régulier, ces milieux se boisent et disparaissent.

Il est en effet très difficile de trouver des sites éloignés à la fois de l’agriculture intensive et d’autres ruches peuplées d’essaims importés. Pour maximiser les chances de réussite, il est prévu de faire participer activement les propriétaires et les apiculteurs environnants dans l’effort de conservation, en les sensibilisant et en leur proposant gratuitement des reines d’abeilles d'écotype local à installer dans leurs ruchers. De cette façon, les abords du rucher conservatoire seront progressivement saturés en Abeille noire, ce qui réduira le risque de métissage.
Le CRPF joue un rôle crucial en aidant le Conservatoire à identifier un site propice à l’installation d’un rucher conservatoire puis à entrer en contact avec les propriétaires forestiers situés à proximité (dans un rayon de 5 km) avec lesquels un travail d’information et de sensibilisation sera entrepris. Ce produit local, sera à même de faire la fierté de ceux qui ont contribué à sa production.

˜

Les analyses morphométriques

En plus de la couleur noire dominante de l'insecte, les caractéristiques des abeilles noires sont, par exemple, la couleur et la longueur du duvet sur son dos, ainsi que des mesures précises des nervures des ailes. Elles possèdent aussi des signes distinctifs (appelés marqueurs) dans leur code génétique.

Le conservatoire utilise l'analyse biométrique (mesure des dimensions du corps de l'abeille) comme moyen principal d'identification et de sélection de ses colonies d'abeilles noires. L'analyse effectuée sur le terrain ou en laboratoire permet de repérer des colonies souches en vue de leur conservation. Les outils techniques mis à disposition par le Muséum National d'Histoire Naturelle >> Apiclass << et par le CNRS, permettent de valider les résultats.

En saison, les caractères "abeille noire" des colonies répertoriées et multipliées sont vérifiées. Les colonies des nouveaux adhérents font l'objet d'une analyse alaire, dans la mesure de nos possibilités du moment.

 

cadre de couvain pour greffage
rucher
selection en production
Larves pour le greffage
Ruches d'élevage
Sélection en production

Pour le maintien des populations d'abeilles noires locales, le conservatoire propose à ses adhérents une aide technique à la multiplication de leurs propres souches. Les reines élevées par le conservatoire et fournies aux adhérents sont issues de lignées-mêmes des adhérents, et différentes chaque année afin de garantir une biodiversité génétique locale et d'éviter la consanguinité.

˜

Exemple de résultats d'analyses (logiciel Apiclass)

Colonie peu hybridée : il reste 84% de patrimoine d'abeilles noires, exploitableanalyse_aile
 

Colonie trop hybridée : seulement 42% de génétique d'abeilles noires (< 50%) donc peu récupérable...analyse_aile

˜

Les ruches utilisées

Les abeilles ont des tailles et des développements sensiblement différents selon les sous-espèces locales. L'habitat adapté serait donc celui qu'elles aménagent selon leurs besoins, tant pour la taille des cellules que le renouvellement de leurs constructions de cires.

D'une manière générale, les ruches en bois où l'hivernage est confiné et vertical (Voirnot, Warré) présentent ces dernières années une moindre mortalité que les spacieuses ruches horizontales (Dadant), dans notre région. Le nourrissement est aussi moindre, voire nul.

Une ruche de conservation se distingue d'une ruche de production par son volume intérieur occupé par la colonie, jeune et expansive ou âgée et minimaliste, plutôt qu'à un espace et un volume d'abeilles calculés pour une productivité théorique maximale.
 

couvain sur modèle Dadant
ruche verticale pour un hivernage sûr
modèle Warré bien rempli !
Sur cadre Dadant
Ruche verticale
Ruche Warré double

 

Réalisation Conservatoire de l'abeille noire en Val de Loire - Sologne - Forêt / ©2012 Tous droits réservés